Hotel a Paestum|Hotel nella Magna Grecia

Schuhmann Strand Hotel Barlotti - Hote 4 stelle in Paestum

+39 0828.85.11.51

Booking Online

Introduisez les dates de vos vacances et vérifiez la disponibilité de notre structure en temps réel!


Ospiti camera #2
Ospiti camera #3
Ospiti camera #4

Paestum Bandiera Blu 2016

Paestum Bandiera Blu 2016

Newsletter

Pour recevoir des mises à jour périodiques, des nouvelles et des offres, inscrivez-vous à notre newsletter!

ISCRIVITI
Évalué par 15 clients
3,8 / 5
Hotel Schuhmann
Donnez votre avis sur Schuhmann Strand Hotel

Paestum

Tomba del Tuffatore

Poseidonia est une cité grecque de la Grande-Grèce, devenue lucanienne sous le nom usuel de Paestum, située en Italie du Sud, sur la commune de Capaccio-Paestum, en Campanie. C'est aujourd'hui un important centre archéologique, comptant trois temples grecs doriques et un musée.
Le site est inscrit depuis 1998 sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité établie par l'Unesco.

La date de création de la cité n'est pas connue exactement. Les documents s'accordent à dire que la cité grecque fut édifiée à la fin du VIIe siècle av. J.-C. par des grecs de Sybaris, une importante ville grecque de Calabre. Strabon, au VIIe siècle av. J.-C., parle d'un village-forteresse au bord de la mer qu'il appelle Poseïdonia. Aux Ve siècle av. J.-C. et VIe siècle av. J.-C., la cité est au sommet de sa gloire.

Au Ve siècle av. J.-C. (410-420), Poseidonia devient lucanienne, les conditions de ce changement ne sont pas connues, peut-être une révolte des Lucaniens travaillant dans la cité. La cité reprend le nom de Paestum.
En -273, les Romains fondent une colonie de droit romain. La cité porte maintenant le nom de Paestum.
La ville resta toujours sous la domination romaine mais commence à entrer dans une période de déclin entre le IVe siècle et le VIIe siècle, probablement à cause de changements dans le drainage qui conduisirent au marécage ainsi qu'à l'arrivée contemporaine de la malaria en Europe.
Puis, suite aux destructions causées par les Sarrasins au IXe siècle et par les Normands au XIe siècle, le site fut abandonné durant le Moyen Âge, quand les habitants, chassés, fondèrent Capaccio.
Au cours du XVIIIe siècle, la mode du « Grand Tour » enflamme les jeunesses européennes bien pourvues. Il est alors de bon ton de parcourir l'Europe et tout particulièrement l'Italie à la recherche des plus belles œuvres d'art. Rome, la Campanie et en particulier Naples (grâce aux fouilles récentes de Pompéi et Herculanum) sont les lieux les plus fréquentés. Plutôt que d'effectuer un voyage en Grèce (alors sous domination turque) pour aller admirer l'architecture hellène, il est plus aisé d'aller à Paestum explorer les trois temples doriques préservés depuis des siècles par la crainte de la malaria dans les marais autour de Paestum.

Le site compte d'importants monuments architecturaux d'époques grecque et romaine, parmi lesquels trois grands temples grecs — deux d'ordre dorique et un d'ordre dorique et ionique — et des édifices publics d'époque romaine, dont un petit amphithéâtre romain, un comitium et un hypogée, petit temple funéraire dédié au héros fondateur de la ville. Les remparts de la ville, longs de 4,75 km, sont bien conservés et présentent des phases successives lucanienne et romaine. Les quatre grandes portes sont romaines.
Ce premier temple d'Héra, au sud du site, remonte à la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. Il est plus connu sous le nom de « Basilique », qui lui fut attribué au XVIIIe siècle en raison de la disparition presque totale des murs de la cella, du fronton et de l'entablement, qui rappelait plus l'agencement d'une basilique civile, à usage de tribunal ou de salle de réunions publiques que celui d'un édifice religieux.
Le temple était dédié à Héra, épouse de Zeus et divinité tutélaire de Poseidonia.
Ce grand temple est du type periptère ennéastyle, c'est-à-dire doté de neuf colonnes en façade, et de dix-huit colonnes sur les côtés. L'ensemble mesure 24,35 m x 54 m.
La plan des aménagements internes est suffisamment bien conservé pour donner une idée de l'ensemble du monument : entre le pronaos et l'adyton, la cella est divisée en deux par une colonnade axiale qui soutenait les combles.
La plus grande singularité de ce temple est son nombre impair des colonnes frontales, qui rendait impossible la vision de la statue de culte depuis l'extérieur, coupant totalement le peuple des fidèles de la divinité et de sa représentation. La colonnade axiale de la cella présentait un double ordre de colonnes, les colonnettes supérieures étant plus courtes et plus minces, de manière à respecter les canons de proportions.
L'autre singularité, entre tous les autres monuments d'architecture dorique, est la décoration végétale du col des chapiteaux, avec des feuilles, parfois même des rosettes et des fleurs de lotus, qui ne sont pas sans rappeler les éléments de décoration de l'époque mycénienne. Le couronnement du temple était en terre cuite peinte, avec des décors de têtes de lions et des antéfixes en forme de palmettes.
Cependant, seules sont parvenues jusqu'à nous les 50 colonnes du péristyle, hautes de 4,68 m, d'aspect archaïque, fortement galbées, avec des chapiteaux à abaque très large.
Le second temple d'Héra, dit « temple de Poséidon » est le plus récent des trois : il fut construit vers -450.
Le second temple d'Héra, dit aussi « temple de Poséidon », ou même « temple de Neptune », contigu à la « Basilique », à quelques mètres au nord de celle-ci, a été édifié vers le milieu du Ve siècle avant J.-C., probablement à l'époque du plus grand épanouissement de la cité de Poseidonia.
Il présente aujourd'hui un excellent aspect de conservation, dû à l'abandon de la ville pour cause de paludisme, dès les premiers siècles de l'ère chrétienne.
Le temple d'Athéna, dit « temple de Cérès », fut édifié 500 m environ plus au nord, vers -500. Ce temple dorique hexastyle est plus petit que les deux autres, mais très équilibré, avec un pronaos à colonnes ioniques.
La découverte de trois tombes médiévales dans le sous-sol de ce temple témoignent de sa probable conversion en église chrétienne durant cette période.


Le musée présente une importante collection d'objets antiques grecs de l'Italie méridionale, notamment des objets funéraires, de nombreux vases, armes et fresques provenant des découvertes faites dans les nécropoles grecques et lucaniennes des environs de Paestum.

Hotel Schuhmann s.r.l.
Headquarters: Via Marittima 1 - 84047 Capaccio - Paestum [SA] - Italy
P.IVA 00664440658
Phone: +39 0828.85.11.51
Fax: +39 0828.85.11.83
Powered by Mosajco CMS
Mosajco